Il était une fois, une toute jeune fille qui avait des idées mais pas de pognon.

Elle vivait dans son étrange maison et cultivait avec soin, le mélange des styles, motifs et couleurs.

Elle amassait gaiement des objets, des toiles, des cadres, des chats et toutes autres choses qui parent une belle maison. Du simple appartement, elle passa rapidement au cabinet de curiosités, de meubles neufs ou fraîchement retapés, elle se retrouva vite avec du mobilier lacéré. Son royaume se dégradais aussi vite que ses félins grossissaient.

Qu’importe ! Chaque usure était la marque d’une maison pleine d’activités, de vie et du coup même les stigmates qui provoquèrent colère ou douleurs se transformaient en douce nostalgie.

Combien de canapé et de fauteuils griffés, de tapis de cuire lynché, d’objets à 2000 balles brisés, de toutes les parties du corps meurtris ?

Autant de courses poursuites, de schlaps lancées avec rage, de conséquences de gueules de bois, de fêtes, de réveil douloureux !

Que de bons moments !

Ah reviendrez-vous, merveilleux moments ?

 

*Ouh quelle histoire formidable !*

 

Oui mais dans un appartement neuf ! Redécoré avec le goût qui fait le prestige de son hôte !

Oui amis, vous allez vous perdre dans mon nouveau dédale de design dont seule moi est le secret !

Je bouillonne, je chine, je trouve les pépites qui feront mouche dans ce logement au physique ingrat et usé, ce linoleum dégueulasse qui me nargue à peine un pied à l’intérieur, ces murs de tram en 3D qui me rappelle que des gens sont payés pour gâcher la vie d’autres gens…

Vous me direz « Mais quelle laideur !», je vous répondrai que les miracles n’arrivent  pas que dans Miss Swan ou Déco. Nous avons plus d’un tour dans notre sac et un Leroy Merlin à 15 km par autoroute !

 

La carte bancaire est au taquet, nous avons rendez-vous à 10h, le chauffeur est un dur, avec lui, pas de temps pour la déconne, il faut faire vite, nous devons encore allez acheté du chou et du harissa à l’ail au marché.

 

*Malheur, tout a changé dans le magasin, je me perds, je panique.*

 

Super Papa s’empare d’un vendeur et me le jette comme une bouée de sauvetage, je m’y agrippe et ne le lâche qu’une fois éclairée.

Je fonce entre les rayons et m’arrête net devant les immenses rouleaux de balatum.

En cherchant celui qui fera mon bonheur, je me dis « Putain si ça se casse la gueule, on n’est pas dans la merde » et attend mon vendeur en m’attendrissant devant des photos de ma nièce fraîchement envoyées par sa maman.

Mais le temps m’est compté, papa attend, je l’imagine s’impatientant, me disputant parce que j’ai trop traîné … Argh !

Je fonce vers un vendeur, lui fais des blagues, prends le revêtement qui fera mon bonheur et me rue vers les caisses en prenant le soin de ramasser les coussins les plus glamour au passage.

 

Fière comme jamais, je me sens poussée des ailes. J’ai tout bouclé ! Je vais pouvoir retaper les meubles que j’ai récupérer, ceux qui sont abimés, je m’y croirai…

Je rêve, c’est fabuleux !

 

Quand soudain, la charmante hôtesse de caisse avec sa tête de gâteau d’anniversaire m’annonce le prix.

Le burn out « Où es-tu mon week-end à Gréoux –les- Bains ? Où es-tu la bande-dessinée de Boulet et

Pénélope Bagieu ? Où es-tu jolie robe de chez Cop.copine ? » (C’est bientôt mon anniversaire, pensez-y)

Dans le balatum IMBECILE ! »

Je palis, j’ai chaud, je me vautre sur la caisse et lui demande d’où sort cette facture exorbitante !? »

Cf juste un plus haut.

Mon père arrive, il est stupéfait. Je paie avec ma carte, elle ne passe pas, j’ai besoin d’un cognac, je crois. Mon père paie, il est stupéfait, il n’avait pas bien compris le montant.

 

Nous sortons, il me serine…

Trouves-toi donc un mec (Pour payer mes factures ?) ! Fais voir un peu attention (je l’ai fait en surveillant les immenses rouleaux de balatum !) !

Je ris (jaune puis de bon cœur), il rit aussi.

 

Nous nous baladons en voiture, allons au marché de bonne humeur, je ne me formalise jamais de toute façon et n’allait pas gâcher la joie de mes travaux pour des broutilles.

 

A présent, je ne ris plus…

 

Suite et photos dans le prochaine épisode!

Bien le beau week-end!