Mani ou la vie trépidante d'une pré-trentenaire

22 mars 2012

Bob le Marrant existe vraiment!

Depuis quelques années déjà, je constate que nous avons une amie qui ressemble étrangement à un personnage de la série Friends...

Alcoolophile bien plus qu'alcoolique, elle a un rapport à l'alcool bien personnel.

 

Tout commence pour la soirée de nos 25 ans. Des amis n'ayant pu être présents, nous questionnent sur l'ambiance de la soirée.

Le commun des mortels répondrait quelque chose de bateau "Sympa", "Super", ... Mais pas Bob.

En effet Bob mesure la réussite de la soirée au nombre de bouteilles vides :

 

Bob2

De même que lors de soirées légèrement arrosées au coktail et divers mélange mais jamais soft, Bob le Marrant trouve toujours l'origine du mal le lendemain :

 

Bob1

Et attention ne lui répondait jamais "C'est ptre l'alcool qu'il y avait dedans, non?", Bob le Marrant à la parade : IMPOSSIBLE c'est l'assidité du jus ! On en reste BABA!

Même lorsqu'elle visite, excédée par tant d'oeuvres, le Centre G. Pompidou de Paris, elle pétille par ses commentaires de picolophile avisée :

Bob 3

Et oui, il a des capsules de bières et évidemment on ne marche pas dessus! (Mais celle qui l'avait fait réagir était uniquement constitué de capsules, soit dit en passant)

J'étais ce week-end chez elle, à Gréoux et remarque d'autre signe du Bob. Pendant 3 jours, outre les soirées de retrouvailles (oui, c'est comme les anniversaires, on ne fête jamais qu'une seule fois!), les conversations badines s'orientait très clairement :

Bob aime la cuisine à l'alcool :

Tout marine, tout flambe (je cite : "avec n'importe quel alcool qui flambe que tu as, c'est bien!")

Bob cuisine

Oui en effet, je n'ai pas vu de légumes depuis longtemps ...

Enfin, l'alcool comme remède à tout :

Tout, tout, tout

- Maux de ventre : sucre imbibé d'alcool de menthe/plantes comme à l'école

- Digestion difficile : Get 27/Perrier (plus jamais d'ailleurs)

- Rhume et ses dérivés : GROG

- Cuite : Rebelote

...

Bobderns

Quelle plus belle déclaration d'amour que celles qu'elle fait tous les jours pourrait-on espérer de mieux pour ce merveilleux produit !

 

En échange Stef, je parlerai de mes phobies et de ces effets! Mais plus aujourd'hui, je dois refaire mes carreaux, les courses, ... ;-)

Posté par Mela Mani à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mars 2012

Vous allez adorer jouer au Trou d'cul...

P1010165

Posté par Mela Mani à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2012

Magnifique !

VRAIMENT VRAIMENT SUPERBE !

theatreTout un homme - Création Le carreau 2012

Du vendredi 9 au vendredi 16 mars 2012 au Cac

  • vendredi 9 et samedi 10 mars : 19h
  • dimanche 17 mars : 17h
  • jeudi 15 mars : 20h
  • vendredi 16 mars : 20h
  • samedi 17 mars : 19h

RENSEIGNEMENTS ET RESERVATIONS

Le Carreau, Av. St-Rémy
57603 FORBACH CEDEX

Billetterie  : du lundi au vendredi de 14h à 18h

Tél. 03 87 84 64 34
Fax 03 87 84 64 31

Courriel  : contacter
Site internet :
 www.carreau-forbach.com

Spectacle de théâtre proposé par le Carreau scène nationale de Forbach et de l'est

Texte et mise en scène : JEAN-PAUL WENZEL
Adaptation théâtrale : ARLETTE NAMIAND & JEAN-PAUL WENZEL - Dorénavant-Cie
Avec : Fadila Belkebla, Mounya Boudiaf, David Geselson, Hammou Graïa
Distribution en cours et les musiciens :
Hassan Abd Alrahman, Jean-Pierre Rudolph
Le spectacle est l’adaptation théâtrale de Tout un homme, récit de Jean-Paul Wenzel paru en décembre 2010 aux Éditions Autrement – collection Littératures, et écrit à partir d’entretiens réalisés auprès d’anciens mineurs maghrébins de Lorraine (Commande de l’Action Sociale du Bassin Houiller et de la DRAC de Lorraine - financement Acsé

Tout un homme© Ernest Pignon
Crédits photos : Ernest Pignon

Il s’appelle Ahmed. À 16 ans il quitte sa Kabylie natale et s’embarque pour la France. On est en 1963. C’est le début d’une épopée qui le conduira d’Alger
à Marseille, de Marseille à Paris, de Paris en Lorraine où il croise les yeux brillants de Leïla, tout juste bachelière, fille de Mohamed, mineur de fond arrivé en Lorraine en 1947, lequel donne son accord pour les noces et fait embaucher Ahmed à la mine. Ils s’appellent Saïd et Omar, deux copains inséparables venus d’Assoul, un village du Sud marocain. On est en 73. Ils ont à peu près 18, 19 ans. Un jour, une rumeur circule dans tous les villages alentour, « 44 francs par jour, logement gratuit, la France recrute ! ». Le départ du pays, la traversée, l’arrivée en France, la Lorraine, le froid, la mine, la première descente au fond, la peur, la solidarité, les fêtes, les engueulades, les accidents, le bruit, la poussière, les enfants, les femmes, les grèves… La puissance d’évocation de ces hommes, de ces femmes, l’énergie considérable de leur parole ont de bout en bout inspiré
cette épopée polyphonique.

PRODUCTION DORÉNAVANT CIE COPRODUCTION THÉÂTRE NANTERRE-AMANDIERS, LE CARREAU, SCÈNE NATIONALE DE FORBACH ET DE L’EST MOSELLAN, THÉÂTRE ICI & LÀ, MANCIEULLES AVEC LA PARTICIPATION DU JTN (JEUNE THÉÂTRE NATIONAL) DORÉNAVANT-CIE EST CONVENTIONNÉE PAR LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE AU TITRE DE LA PERMANENCE ARTISTIQUE ET CULTURELLE ET SOUTENUE PAR LA DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES D'ÎLE-DE-FRANCE - MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION LA CRÉATION DU SPECTACLE AURA LIEU AU CARREAU, SCÈNE NATIONALE DE FORBACH ET L’EST MOSELLAN, EN MARS 2012, SUIVIE D’UNE TOURNÉE NATIONALE ET D’UNE REPRISE AU THÉÂTRE DE NANTERRE-AMANDIERS À L’AUTOMNE 2012
www.dorenavant-cie.com

Posté par Mela Mani à 11:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2012

Lorsque j'essaie de vivre 100 vie en même temps...

Ben ça ne va pas du tout !

Je transpire, je n'aime pas ça et pour au final me rendre compte que je n'ai rien fait comme il le faudrait.

Je m'explique :

Je fais les courses, rentres en furie, la veste et les chaussures même pas enlevées que je vide mon caddie, claque un chat ou deux parce qu'ils ne sont pas toujours sympa, fais la cuisine, le ménage, je range quand PAF il y a des raccords peinture à faire sur un meuble, un coussin à camouffler, le lit à faire, l'eau des fleurs et des chats à changer, la maison à aérer tout en surveillant qu'un chat ne tombe pas, manger, débarasser, ranger, nettoyer, me rhabiller, faire un raccord coupe et maquillage parce que c'est limite et filer au travail parce que le travail n'attend pas!

Le tout en 2h00.

Résultat :

J'ai transpiré.

Mes chats me haient.

La bouffe est mal digérée (mais elle était bonne).

Ma sieste râtée.

Les raccords bâclés.

100 vies'

J'ai peur qu'émane l'odeur des grands labeurs et de rester incomprise par mes pairs...

Vivement ce soir!

 

(Je termine mes meubles cette semaine et clos une le conte du samedi 1)

Posté par Mela Mani à 15:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2012

Conte de samedi le dimanche sans parole

P1010100 P1010105 P1010161

P1010158

P1010160

P1010163P1010164

Posté par Mela Mani à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2012

Rhâ que de joie!

Le mois de mon anniversaire s'avère fructueux!

Un formidable arbre de l'avent, une filleule ascendant grosse mageuse de compèt, Tim Burton, Guillermo Del Tora et Michel Gondry au taquet niveau projet alléchant, manque plus qu'un nouvel album de Muse et de Bat for Lashes et je bénis la sainte année de mes trente balais!

 

D'ailleurs je suis montée en grade, je me suis auto-proclamée "reine du retapage de meuble" mais ça je le réserve pr demain!

Et tiens comble de ma joie, j'ai enfin les chaussures de Dorothy (Le Magicien d'Oz)!

C'est ptre le départ des Heckles qui porte bonheur... Enfin bref, j'en profite!

Si la soirée à la Médiathèque de Forbach est aussi bonne que la journée, j'ai gagné le cocotier!

(Non, mon enthousiasme ne vient pas de la drogue...)

Et ce sont ttes ces merveilleuses choses qui font de moi :

Presque :

1

2

3

 

 

Posté par Mela Mani à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 février 2012

Presque débarassée de JC

1

2

3

Posté par Mela Mani à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2012

J'ai ouvert mon 2ème cadeau!

Jamais vieillir n'aura été plus agréable!

Mais j'ai toujours le même problème, je ne suis que presque :

 

1

2

Posté par Mela Mani à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2012

Conte du samedi

 

Il était une fois, une toute jeune fille qui avait des idées mais pas de pognon.

Elle vivait dans son étrange maison et cultivait avec soin, le mélange des styles, motifs et couleurs.

Elle amassait gaiement des objets, des toiles, des cadres, des chats et toutes autres choses qui parent une belle maison. Du simple appartement, elle passa rapidement au cabinet de curiosités, de meubles neufs ou fraîchement retapés, elle se retrouva vite avec du mobilier lacéré. Son royaume se dégradais aussi vite que ses félins grossissaient.

Qu’importe ! Chaque usure était la marque d’une maison pleine d’activités, de vie et du coup même les stigmates qui provoquèrent colère ou douleurs se transformaient en douce nostalgie.

Combien de canapé et de fauteuils griffés, de tapis de cuire lynché, d’objets à 2000 balles brisés, de toutes les parties du corps meurtris ?

Autant de courses poursuites, de schlaps lancées avec rage, de conséquences de gueules de bois, de fêtes, de réveil douloureux !

Que de bons moments !

Ah reviendrez-vous, merveilleux moments ?

 

*Ouh quelle histoire formidable !*

 

Oui mais dans un appartement neuf ! Redécoré avec le goût qui fait le prestige de son hôte !

Oui amis, vous allez vous perdre dans mon nouveau dédale de design dont seule moi est le secret !

Je bouillonne, je chine, je trouve les pépites qui feront mouche dans ce logement au physique ingrat et usé, ce linoleum dégueulasse qui me nargue à peine un pied à l’intérieur, ces murs de tram en 3D qui me rappelle que des gens sont payés pour gâcher la vie d’autres gens…

Vous me direz « Mais quelle laideur !», je vous répondrai que les miracles n’arrivent  pas que dans Miss Swan ou Déco. Nous avons plus d’un tour dans notre sac et un Leroy Merlin à 15 km par autoroute !

 

La carte bancaire est au taquet, nous avons rendez-vous à 10h, le chauffeur est un dur, avec lui, pas de temps pour la déconne, il faut faire vite, nous devons encore allez acheté du chou et du harissa à l’ail au marché.

 

*Malheur, tout a changé dans le magasin, je me perds, je panique.*

 

Super Papa s’empare d’un vendeur et me le jette comme une bouée de sauvetage, je m’y agrippe et ne le lâche qu’une fois éclairée.

Je fonce entre les rayons et m’arrête net devant les immenses rouleaux de balatum.

En cherchant celui qui fera mon bonheur, je me dis « Putain si ça se casse la gueule, on n’est pas dans la merde » et attend mon vendeur en m’attendrissant devant des photos de ma nièce fraîchement envoyées par sa maman.

Mais le temps m’est compté, papa attend, je l’imagine s’impatientant, me disputant parce que j’ai trop traîné … Argh !

Je fonce vers un vendeur, lui fais des blagues, prends le revêtement qui fera mon bonheur et me rue vers les caisses en prenant le soin de ramasser les coussins les plus glamour au passage.

 

Fière comme jamais, je me sens poussée des ailes. J’ai tout bouclé ! Je vais pouvoir retaper les meubles que j’ai récupérer, ceux qui sont abimés, je m’y croirai…

Je rêve, c’est fabuleux !

 

Quand soudain, la charmante hôtesse de caisse avec sa tête de gâteau d’anniversaire m’annonce le prix.

Le burn out « Où es-tu mon week-end à Gréoux –les- Bains ? Où es-tu la bande-dessinée de Boulet et

Pénélope Bagieu ? Où es-tu jolie robe de chez Cop.copine ? » (C’est bientôt mon anniversaire, pensez-y)

Dans le balatum IMBECILE ! »

Je palis, j’ai chaud, je me vautre sur la caisse et lui demande d’où sort cette facture exorbitante !? »

Cf juste un plus haut.

Mon père arrive, il est stupéfait. Je paie avec ma carte, elle ne passe pas, j’ai besoin d’un cognac, je crois. Mon père paie, il est stupéfait, il n’avait pas bien compris le montant.

 

Nous sortons, il me serine…

Trouves-toi donc un mec (Pour payer mes factures ?) ! Fais voir un peu attention (je l’ai fait en surveillant les immenses rouleaux de balatum !) !

Je ris (jaune puis de bon cœur), il rit aussi.

 

Nous nous baladons en voiture, allons au marché de bonne humeur, je ne me formalise jamais de toute façon et n’allait pas gâcher la joie de mes travaux pour des broutilles.

 

A présent, je ne ris plus…

 

Suite et photos dans le prochaine épisode!

Bien le beau week-end!

Posté par Mela Mani à 18:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 février 2012

"ferez" "ez" bien sûr!

Non, rien d'autre...

Posté par Mela Mani à 20:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]